Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tribune Libre

Les articles et les commentaires de ce blog n'engagent que leurs auteurs et ne sont pas des communications officielles opposables, qui engageraient des organisations telles que l'association village quai de Seine, le Conseil Syndical ou le Syndic de la Résidence.

Adresse de messagerie du site villagequaideseine@yahoo.fr

Abonnement News

Inscrivez-vous à la newsletter  (case en bas), un mail vous sera envoyé à la publication de chaque nouveau article.

3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 16:55

Voici le texte de la pétition relayée sur ce blog : 

"Pourquoi c'est important

ATTENTION ZONE DE BRUIT TOUTE LA NUIT PETITION DES HABITANTS DU 63 QUAI DE LA SEINE BISTROT DE NUIT : BISTROT DE BRUIT ! BISTROT DE TROP ! APPEL A LA MOBILISATION DES RIVERAINS Le rez-de-chaussée du 63 quai de la Seine, couvert d'une simple verrière, était occupé jusqu'à peu par un vaste entrepôt de presque 400 m2. Cet entrepôt menace d'être transformé en un BAR DE NUIT qui pourrait accueillir plusieurs centaines de clients jusqu'à 2 heure du matin. Alors :  
Ceux dont les fenêtres donnent sur le canal subiront le bruit causé par les convives qui sortent du bar en pleine nuit, plus ou moins énervés par la boisson et la musique.  
Les habitants des immeubles dont les fenêtres donnent directement sur la verrière vont subir d’importantes nuisances sonores.
Ceux qui habitent dans le quartier et pensent que l’alcool toute la nuit ne rime pas convivialité et préfèrent favoriser la diversité commerciale. Le canal ne veut pas connaître le chaos et l’insécurité que vivent la nuit certains quartiers de Paris. Seule une mobilisation rapide et massive de tout le voisinage permettra d'éviter l’installation de ce nouveau BAR DE NUIT dont les nuisances empoisonneront la vie et les nuits des riverains pour les années à venir. Merci de soutenir la proposition ci dessous : « Nous habitants du canal et de ses environs refusons l'implantation d'un nouveau BAR DE NUIT dans l'entrepôt situé au 63 quai de la Seine 75019 Paris »."
https://secure.avaaz.org/fr/petition/riverains_du_63_quai_de_la_seine_75019_PARIS_stopper_linstallation_dun_bistrot_de_nuit_au_63_quai_de_seine_1/edit/
Repost 0
Published by village quai de seine - dans Tribune libre
commenter cet article
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 00:09

Le Bassin de la Villette est devenu le rendez-vous joyeux du nord-est de Paris. On peut s’en réjouir.

 

Mais cela entraîne pour les riverains du bassin des nuisances de plus en plus insupportables : tapage, chants, cris, « concerts » de Tam-tam, pétards, bagarre, trafics divers du soir à l’aube.

 

En haut du Quai de Seine,  l’auberge de jeunesse du Belushi Café, possède une discothèque en sous-sol, qui vide ses occupants éméchés et hurlants, dans la rue vers 4 heures du matin. Etc.

 

La privation continue de sommeil est une vraie souffrance. C’est même un instrument de torture.

 

Contrairement à celle du 10ème, la mairie du 19ème traite pourtant ce problème plutôt avec amusement…

 

François Dagnaud, Premier Adjoint au Maire du 19e arrondissement, interpelé sur le sujet, a expliqué qu’il fallait se réjouir de voir l’espace public réapproprié par des activités festives. : « Il faut faire appel au bon sens, on ne va pas mettre un policier derrière chaque pique-niqueur »


Ce n’est évidemment pas la question et une simple visite sur les quais permettrait à Monsieur Dagnaud de comprendre que les pique-niqueurs ne posent pas problème.  Ils ne font guère de bruit et repartent tranquillement à la nuit tombée.

 

Monsieur Dagnaud en appelle à la « responsabilité de chacun » et au respect mutuel. Comme si les habitants qui sont réveillés à 3h du matin par un concert de trompettes manquaient de respect aux «musiciens».  Cela rappelle le fameux « fumeur / non-fumeur, la liberté, c’est réciproque ».

 

Monsieur Dagnaud préfère la pédagogie à la répression. C’est tout à son honneur.  Sauf que dans ce cas, il est difficilement envisageable pour les riverains de se rhabiller chaque nuit pour aller convaincre les fêtards de baisser le volume.

 

D’autant que si les riverains demeurent, les fêtards se succèdent. Par exemple, la plupart des clients de l’auberge de jeunesse sont des touristes qui viennent faire la fête à Paris un ou deux jours avant de repartir. La pédagogie serait à refaire chaque nuit.

 

Pleine de bonne volonté la Police se heurte à un vide juridique et attend les décisions de la Mairie…

 

La police a apparemment un autre angle de vue.

 

«Oui, la situation est devenue une catastrophe pour les riverains du Bassin. Le commissariat central du 19ème est désormais appelé en permanence. Des dizaines d’appels chaque nuit.»

 

« Hélas, il nous est difficile d’agir. Et pas seulement parce que le 19ème est un des plus grands de Paris et que nos moyens sont accaparés sur d’autres urgences. C’est un problème de cadre juridique ».

 

« Nous avons des difficultés pour intervenir car les joueurs de musique doivent être pris en flagrant délit pour être sanctionnés. Ils mettent des guetteurs à l’entrée de la rue et cessent de jouer quand nous approchons.» 

 

« Et si nous les sanctionnons, les badauds hurlent aux violences policières ou au racisme et nous menacent d’appeler l’IGS »

 

« Les musiciens qui ont envahi le Bassin sont, pour partie, ceux qui étaient quai de Jemmapes dans le 10ème.  Là-bas, le maire a pris la mesure de la situation. Il a décidé d’un arrêté municipal qui nous donne les moyens d’agir. Il a tout simplement interdit les instruments de musique la nuit.  Cela nous donne la possibilité de confisquer les instruments. C’est très dissuasif. Il faudrait que le maire du 19ème nous donne les mêmes moyens. »


Que faire ?

 

Les élus du 19ème n’habitent visiblement pas aux alentours du bassin.

 

Chacun peut proposer des solutions via des commentaires ci-dessous.  Si nous recueillons assez de réactions, une pétition au maire serait sans doute utile pour lui faire comprendre, avant le déchainement de cet été, que chacun a le droit à la tranquillité.

 

Repost 0
Published by village quai de seine - dans Tribune libre
commenter cet article
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 15:25

Chers voisins,

 

J'ai adressé le courrier ci-dessous à l'immeuble du 68, quai de Seine.

 

Le Directeur du Holiday Inn m’a rapidement et très aimablement répondu. Il regrette la nuisance créée et a pris contact avec ses services technique et juridique pour trouver une solution. Je vous tiendrai donc informé de la suite.

 

Je vous propose néanmoins de poster vos commentaires, questions éventuelles et suggestions ci-dessous.

 

Si vous ressentez le problème à votre étage, votre témoignage est important pour que notre demande soit bien évaluée et rapidement prise en compte. Le temps va en effet aggraver la situation :

  • Le bruit de l'installation ne fera que d’augmenter avec son vieillissement.
  • Les voisins les plus gênés vont finir par installer eux même une climatisation pour moins avoir à ouvrir leurs fenêtres.  Le bruit global augmentera et s'étendra.
  • Paradoxalement, il deviendra alors moins facile de pointer le problème initial car la DASS s'intéresse au "bruit émergent".  C'est à dire au bruit marginal créé par l'installation par rapport à l'ambiance sonore alentour.  En dehors des périodes de Paris-Plage, notre tour jouissait plutôt du calme du Bassin, la nuit.  Si cette ambiance devient globalement bruyante, plus aucune installation en particulier ne sera attaquable.  Nous devrons alors passer nos fenêtres en double vitrage et nous calfeutrer.

Nous risquerions alors, comme pour toute nuisance, une dépréciation de la valeur de nos appartements.  

 

Bien Cordialement,

Thierry LAFFIN

 _____________________________________________________________________________________________


Repost 0
Published by village quai de seine - dans Tribune libre
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 23:01
La création d'un ensemble immobilier neuf en face de notre tour donne un coup de renouveau à notre quartier.
Elle apporte en revanche deux animations inattendues et non souhaitées.

1) La première, assez prévisible hélas,  est liée au tapage  nocturne causé par les clients des restaurants, hôtels et bars qui ont ouvert sous nos fenêtre.  Il est fréquent désormais de devoir fermer ses fenêtres la nuit car des groupes de jeunes, souvent éméchés, attroupés autour du bâtiment, crient et chantent une partie de la nuit.  On peut espérer, à condition d'aller discuter avec les gérants ou d'appeler la police (si elle se déplace ?....), que ces nuisances seront contrôlées.




2) la deuxième nuisance est plus inattendue : un ronflement continu (semblable au bruit continu d'un moteur de réfrigérateur) se fait désormais entendre par tous les appartements de la façade Sud Est de la Tour (ceux qui donnent sur le Quai de Seine. 
Ce deuxième bruit est inquiétant car il va sans doute empirer.  En effet, ce bruit est provoqué par les équipements techniques et VMC du nouveau bâtiment.  Avec le temps, ces moteurs, ont tendance, comme les voitures qui vieillissent, à faire de plus en plus de bruit. Les pièces métalliques se desserrent et se mettent à vibrer. 
Par ailleurs,  en été, au moment où l'on souhaiterait ouvrir ses fenêtres la nuit, les moteurs de climatisation sont poussés à leur puissance maximum.

Dans certains quartiers, cela tourne à la spirale infernale : les habitants qui ne peuvent plus supporter ce bruit installent à leur tour des climatisations pour pouvoir dormir la fenêtre fermée, augmentant encore le bruit extérieur, et ainsi de suite.

La solution existe : elle consiste à mener une action pour convaincre les nouveaux arrivants de calfeutrer leurs installations motorisées.  Cette solution a ainsi été imposée par leurs voisins aux établissements LAROUSSE, dans le 6eme arrondissement, qui avaient installé des moteurs bruyants sur le toit de leurs bureaux (eux ne les entendaient pas mais tous les immeubles alentour étaient incommodés).

Il est vraisemblable que nous devrons procéder de même sauf à se résigner à ne plus ouvrir les fenêtres sud-est de nos appartements...
A suivre...
Repost 0
Published by village quai de seine - dans Tribune libre
commenter cet article